top of page
Rechercher

Hareng au sang, une chronique de Françoise Vergnault.


Voilà un an, Françoise Vergnault, auteure, conteuse, blogueuse et animatrice de lectures chroniquait Château La Fugue.

C'était ici :


Elle récidive pour mon plus grand bonheur avec Hareng au sang !

Voici sa critique :


Hareng au sang De Christine Chaumartin Alors que Lucien prend le bateau pour l’Angleterre, toujours plongé dans la vie et l’œuvre du peintre Crivelli, sa sœur, Mathilde, journaliste, se rend à Fécamp où se déroule la fête du hareng. Un moment très important pour la ville de Fécamp qui fête ainsi des millénaires d’activités autour de la pêche et des pêcheurs. Comme chaque année en cette fin novembre, il y a foule. Et au menu ? Harengs grillés, harengs fumés, harengs marinés, harengs en salade, harengs en galette.... Du hareng en entrée, en plat de résistance et en dessert. Que du hareng ! Normal, on se trouve en pleine fête du hareng ! Et bien sûr, on s’apprête à élire la Reine du Hareng qui n’est pas, comme on pourrait le croire, la plus jolie des Fécampoises, mais récompense celui ou celle qui a revêtu le costume le plus excentrique. Tout va pour le mieux jusqu’à ............ STOP !! Même sous la torture, je ne dirai plus un mot. Non ! Ce serait vous enlever le plaisir de lire ce roman. Je vous dirai simplement que Mathilde, trop curieuse, va encore se mettre dans les embarras, et quels embarras ! Le duo Lucien-Mathilde, frère-sœur, fonctionne bien, toujours là l’un pour l’autre. Un roman bien ficelé qui tient en haleine jusqu’au bout en raison de ses multiples rebondissements. Un roman qui n’est pas que policier puisqu’il apprend énormément sur l’histoire de la pêche au hareng et notamment : • sur ces hommes qui partaient en mer de nombreux mois pour ne revenir que lorsque la cale du navire était pleine, • sur le traitement du poisson sur le bâtiment, pendant le voyage, pour sa conservation jusqu’au retour au port, • sur le traitement de ce poisson après avoir été débarqué et les différentes manières de le cuisiner, • sur la ville de Fécamp, où se dresse encore, sur le grand quai, la boucane, dernière saurisserie de la région possédant encore tout son matériel, • ..... Un roman à lire absolument.


Merci encore à elle !

N'hésitez pas à aller sur son blog : il est toujours plein de surprises et d'articles réjouissants.


10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page